FR

Le retour de Tintin à Saint-Nazaire

Il y a 25 ans, le 14 janvier 1995, Tintin revenait à Saint-Nazaire. Avec le dévoilement, près de la gare, de l’agrandissement sur métal émaillé d’une vignette tirée de l’épisode nazairien des 7 Boules de cristal le projet de l’association Les 7 Soleils s’inscrivait dans la réalité.

La première vignette a été dévoilée le 14 janvier 1995 près de la gare de Saint-Nazaire. Photo © Les 7 Soleils 1995.
En ce samedi matin frisquet il y a foule au sortir du pont franchissant la ligne de chemin de fer. Enfants des écoles, adultes, tintinophiles ou non, édiles et autres élus se massent le long du trottoir bordant la voie donnant accès à l’entrée nord de la ville. Objet de tous les regards : un grand panneau de 5 m par 4,70 m caché par une toile sur laquelle est annoncé depuis quelques jours l’événement : Tintin revient ! Le retour du reporter est attendu pour 11 h.
Difficile d’ignorer ce retour. Saint-Nazaire Magazine, le mensuel d’information municipal, a fait la couverture de son numéro de décembre 1994 avec un montage montrant la Lincoln Zéphyr jaune faisant son entrée dans le Saint-Nazaire d’aujourd’hui. « Tintin à Saint-Nazaire le retour » a titré Ouest-France dans son édition du week-end de Noël, « Tintin arrive ! » claironnent de leur côté Presse-Océan et L’Eclair, tandis que l’hebdomadaire L’Echo de Saint-Nazaire et de la Presqu’île de Guérande prédit, dans son numéro du 30 décembre 1994, que Saint-Nazaire « lui rendra un fabuleux hommage le 14 janvier prochain ».
La nouvelle n’a pas été réservée aux seuls habitants de la région nazairienne et de la presqu’île guérandaise. Le jeudi soir qui précéde l’inauguration, les téléspectateurs de Nulle Part Ailleurs, la célèbre émission de Philippe Gildas diffusée en clair sur Canal + entre 1987 et 2001, découvrent à quoi ressemblera ce premier jalon du parcours reconstitué de Tintin, Haddock et Milou.

Nulle part ailleurs

La première partie de Nulle part ailleurs est animée par Jérôme Bonaldi. « Savez-vous dans quel port français Tintin, Haddock et Milou retrouvent le général Alcazar alors que celui-ci embarque pour l’Amérique du sud ? » demande Bonaldi. Et il livre la réponse : « À Saint-Nazaire ! ».
La caméra prend de la hauteur et découvre, tapissant le sol du studio, le panneau en métal émaillé qui sera inauguré le samedi à Saint-Nazaire et auquel il manque une pièce. Bonaldi se lève, prend l’élément manquant qui était caché à ses pieds et vient compléter le puzzle.
L’effet Bonaldi, - variante de l’effet Murphy ou loi de la tartine beurrée -, qui veut que, bien que répétées avec succès, ses présentations ratent souvent au moment du direct, l’effet Bonaldi a épargné le dessin d’Hergé. La séquence fait mouche. Le visuel brille de toutes ses couleurs sous les feux de la rampe ! Bonaldi annonce le retour de Tintin à Saint-Nazaire pour le surlendemain. Coïncidence, ce même soir, un tintinophile de haut vol intervient dans l’émission : le chanteur Renaud.
Ce « coup de com’ » a été possible parce que la Fondation Hergé avait répondu favorablement à la demande de Jean-Michel Seurin, le PDG d’Euremalco, l’émaillerie choisie pour réaliser ce premier visuel, de disposer d’un second exemplaire du panneau qu’il souhaite installer comme illustration de son savoir-faire dans ses ateliers de Belleu, près de Soisson. Quand l’association Les 7 Soleils lui a proposé d’apporter, pour le temps d’une soirée, les vingt éléments constituant le visuel, Jean-Michel Seurin n’a pas hésité une seconde.

Les Oranges bleues

Pendant ce temps, à Saint-Nazaire, on achève le montage du panneau. L’équipe de La Serrurerie nazairienne, menée par René Courbet, son patron, verrouille les derniers éléments, sous le regard de Bernard Sébilo, l’ingénieur en chef de la ville de Saint-Nazaire, maître d’oeuvre du projet. Le responsable de l’agence locale des Grands Travaux de Marseille qui a fourni le béton sur lequel s’ancre le panneau, André Libal, suit l’opération. Le vent violent qui a soufflé ces derniers jours a mis l’installation à l’épreuve. L’ensemble a très bien tenu sous la bourrasque.
Ce samedi matin, bien avant 11 heures, on se presse autour du panneau voilé. Par dessus les têtes dépasse la bannière de l’Harmonie de Moulinsart. Car l’Harmonie est là, au grand complet, solennelle : casquettée, cravatée, musiciens et musiciennes en veste bleue, pas exactement composée comme on l’a connue dans Les Bijoux de la Castafiore. Des femmes en font aussi partie, signe d‘un changement de génération...
À la vérité, ses membres masculins et féminins appartiennent à l’Orchestre d’harmonie de Saint-Nazaire et sont dirigés par son chef, Bruno Yviquel, enseignant au conservatoire de musique. Les casquettes ont été prêtées par une clique d’une commune du sud-Loire, les vestes viennent de l’entreprise où travaille Patrick Perrin, le président de l’Orchestre d’harmonie. Quant à la bannière, c’est, ni plus ni moins, celle brandie par l’Harmonie de Moulinsart à la fin du film Les Oranges bleues. Elle a été apportée par Philippe Goddin, secrétaire général de la Fondation Hergé, arrivé la veille.
L’accord donné à l’association Les 7 Soleils par Fanny Rodwell, présidente de la Fondation Hergé, pour la réalisation de cet hommage à Hergé remonte à mars 1987. Après une première tentative inaboutie, faute de partenaires financiers, l’association avait remis l’ouvrage sur le métier en 1992.
L‘interlocuteur des 7 Soleils à la Fondation Hergé est Philippe Goddin. Il est déjà venu à Saint-Nazaire à la fin 1991 pour mettre en place l’exposition Le Monde de Tintin, dont il a été le concepteur. Présentée du 3 décembre au 3 janvier 1992 au Paquebot, le nouvel immeuble commercial de l’avenue de la République, l’exposition a reçu 22 000 visiteurs qui, à cette occasion, ont pris connaissance du projet Tintin à Saint-Nazaire.
Le quatrième jalon du parcours de Tintin, Haddock et Milou a été inauguré le 28 juin 2003. Photo © Philippe Fontaine 2005.

Une oeuvre classique

L’exposition s’est terminée avec un résultat financier appréciable. Une partie de la somme a été investie dans l’équipement du voilier Pachacamac, dont on a pu découvrir la maquette à l’exposition et qui prendra, à la fin septembre 1993, le départ de la 9e Mini-transat. Et l’association a pu missionner un jeune architecte : Stéphane Tardif. Formé à l’école d’architecture de Nantes, Stéphane Tardif a consacré son diplôme de fin d’études à la reconstruction de Saint-Nazaire. Tintinophile, il adhère avec passion au projet dont il devrait assurer la maîtrise d’oeuvre.
Mais Stéphane Tardif est l’absent de cette matinée inaugurale du 14 janvier 1995. Plongé dans le coma depuis un accident cardiaque survenu au cours de la nuit du 11 au 12 septembre 1994, il est depuis hospitalisé. Il ne sortira pas du coma qui connaîtra un mortel épilogue le 10 janvier 1996.
L’Harmonie de Moulinsart lance ses notes. La foule se resserre autour du panneau voilé. Gaston Sézary, qui a préparé l’arrêté municipal sur la circulation, discute avec Dupond et Dupont. Pour les deux policiers, c’est aussi un retour à Saint-Nazaire. On se souvient qu’au début du Temple du Soleil, l’album qui fait suite aux 7 Boules de cristal, envoyés par la police de Saint-Nazaire, ils retrouvent sur les quais de Callao, au Pérou, Tintin, le capitaine Hadodck et Milou.

Époque fondatrice

Au micro, Jean-Claude Chemin, président des 7 Soleils, remercie d’abord Mme Fanny Rodwell pour la confiance dont elle témoigne à l’égard du projet nazairien, et Philippe Goddin qui a accompagné sa mise en place depuis Bruxelles -c’est lui qui a défini le design des panneaux.
Le président Chemin explique les raisons de cet hommage rendu à Hergé : « Son oeuvre est devenue une oeuvre classique ». Il cite l’écrivain italien Italo Calvino pour qui « un classique est un livre qui n’a jamais fini de dire ce qu’il a à dire ». « En l’occurence cette oeuvre dit quelque chose de Saint-Nazaire », souligne-t-il. Car si Hergé y fait passer Tintin, Haddock, Milou et le général Alcazar, et, malgré lui, le professeur Tournesol, c’est parce que leur créateur a pris en compte le fait que le port était la tête de ligne des paquebots de la CGT (Compagnie générale transatlantique) à destination de l’Amérique centrale et, via le canal de Panama, le Pérou et Callao.
La ligne a définitivement cessé son activité avec la seconde guerre mondiale, la base sous-marine venant recouvrir le bassin où s’amarraient les paquebots. Saint-Nazaire sort du conflit détruite à plus de 85 %. De la période transatlantique, il ne reste plus que les vestiges de l’ancienne gare ferroviaire et des noms de rues rappelant les escales desservies par le paquebots qui partaient de Saint-Nazaire : Santander, La Havane, Mexico, Veracruz...
Ainsi, souligne le président des 7 Soleils, « Hergé permet à Saint-Nazaire de retrouver la mémoire d’une époque fondatrice ». L’ouverture, en 1862, de la ligne régulière a en effet été immédiatement accompagnée de l’implantation d’un chantier de construction navale dans lequel la CGT fera construire la quasi-totalité de ses paquebots. Si, aujourd’hui, Saint-Nazaire continue de livrer de grands navires, c’est bien en s’inscrivant dans cette filiation.
Rien d’étonnant à ce que les Chantiers de l’Atlantique figurent aux côtés de la Ville de Saint-Nazaire et de GTM, dans le financement (200 000 F, soir 42 000 €) de ce premier jalon. A son inauguration, le chantier est représenté par son directeur général, Jean-Noël d’Acremont, la ville par son maire Joël Batteux et GTM par André Libal.
La sixième et dernière vignette a été dévoilée le 12 juin 2004. Photo © Philippe Fontaine 2005.

Du plus bel effet

L’autre argument invoqué par Les 7 Soleils en faveur de son projet concerne les retombées en terme d’image et de renommée que peut apporter à Saint-Nazaire le fait de se trouver associée au personnage de Tintin. Tintin, c’est la jeunesse, le courage, l’initiative. Et c’est un formidable ambassadeur : ses aventures sont alors publiées à plus de 200 millions d’exemplaires et traduites en une cinquantaine de langues : « Sur tous les continents, grâce à Hergé, par l’imagination on a parcouru en compagnie de Tintin les quais nazairiens. Nous affirmons que Saint-Nazaire existe ! »
Vient le moment du dévoilement. La bâche tombe aux accents généreux de l’Harmonie de Moulinsart. Le visuel apparaît, magnifique, salué par les applaudissements. A bord de la superbe Lincoln Zephyr jaune du capitaine Haddock, Tintin fait son retour à Saint-Nazaire ! Le projet des 7 Soleils vient d’entrer dans la réalité...
L’événement a été largement couvert par les médias, y compris nationaux. D’une certaine manière, ce premier jalon tient lieu de prototype : la démonstration est faite qu’il s’agit d’une belle réalisation et qu’elle fait parler en bien de Saint-Nazaire. Les arguments seront convaincants puisque les jalons 2 et 3, -installés dans le quartier de Penhoët et entre les deux bassins du port- viendront en mai 1996 prolonger le parcours.
Quelques jours après l’inauguration, une carte de Mme Fanny Rodwell parvient à l’association Les 7 Soleils. « Il paraît que la première plaque Tintin est du plus bel effet ! Sûrement mon mari et moi viendrons voir cela de près ! écrit la présidente de la Fondation Hergé. Encore bravo à vous... »
4 commentaires
ou pour écrire un commentaire.
haddocknrol
08/05/2020 à 18:41
PS les photos ci-dessus ne sont pas de moi
haddocknrol
07/05/2020 à 22:18
@serpentare, fan de Tintin mais peut-être aussi de Harry Potter, vu ton pseudo?? Je suis membre actif des 7 Soleils et "photographe" de l'asso.
Je possède un certain nombre de photos de tous ces évènements, malheureusement certaines en argentique et les autres beaucoup trop lourdes en MO pour le site qui ne les accepte pas, Désolé. Néanmoins il y en a quelques unes sur le site 7soleils.org.
gilbs
06/05/2020 à 12:43
Excellente initiative de la ville de St-Nazaire entrée" ainsi" dans la légende du 9ème Art pour l'éternité!!!
serpentare
06/05/2020 à 00:37
Très bien mais c'est malheureux qu il n y a pas plus de photos de l événement pour en profiter car malheureusement je nai pas pu y aller. S il y avait des personnes qui étaient présentes pouvaient y apporter quelques photos de l événement ce serait formidable. Bien à vous
Créez votre compte Tintin
De 5 à 12 lettres et/ou chiffres
Une confirmation sera envoyée à cette adresse
Minimum 6 caractères
Suite...
Vous êtes sur le site officel de Tintin.
Consultez notre politique de confidentialité
Merci ! Pour vérifier votre email, veuillez entrer le code à 4 chiffres que vous avez reçu à .
Si vous ne l'avez pas reçu, vérifiez l'adresse ou regardez dans votre courier indésirable.
Les chiffres ne sont pas bons...
Retour
Suite...
Merci !
Votre compte est maintenant prêt à être créer.

En créant votre compte, vous acceptez de vous conformer aux Conditions générales de Tintin.com.

Vous acceptez de recevoir de la part de Tintin.com des notifications personnalisées liées à Tintin (nouveaux événements ou expositions, nouveaux livres ou produits etc.).

Vous pourrez régler vos préférences de notifications dans votre compte.

  
Merci d'accepter les conditions
Créer mon compte Tintin
Connexion
Mot de passe oublié
Entrez votre email, vous allez recevoir un lien pour réinitialiser votre mot de passe.
Mot de passe oublié
Un email avec un lien pour réinitialiser votre mot de passe a été envoyé à votre adresse.
Logo Tintin

Pour accéder à ce contenu, vous devez être inscrit à Tintin.com

Connexion / inscription
Pour obtenir votre passeport syldave, vous devez d’abord créer un compte Tintin.com.
Inscrit depuis le
Dernière connexion le
Logo Tintin English Nederlands Español 中文 日本語