FR

Chronique des infinis : Histoires d'astronautes

Chaque mois, Gwenhaël W. De Wasseige nous raconte à travers sa chronique des infinis les dernières actualités qui touchent l’univers et le domaine de l’infiniment petit.
À l’occasion des 30 et 20 ans des vols de Dirk Frimout et Frank de Winne ainsi que la sélection d’un troisième astronaute de carrière belge, Raphaël Liégeois, Gwenhael est partie à la rencontre de trois explorateurs de l’espace. Tintin et Milou, qui rappelons-le furent les premiers à marcher sur la Lune, étaient évidemment de l’aventure.
À deux pas du Musée Hergé à Louvain-la-Neuve a eu lieu en octobre un événement spatial dans le cadre de la Space week. Nicole Stott, Robert Thirsk et Reinhold Ewald, trois astronautes, sont venus parler de leur expérience avec les étudiants de l’UCLouvain ainsi que des étudiants d’écoles secondaires belges.
Gwenhael a profité de l’occasion pour leur montrer des cases des albums bien connus « Objectif Lune » et « On a marché sur la Lune ». Leur expérience et celle de Tintin est-elle similaire ? Découvrons ces aventuriers pleins de sagesse.
Quel a été votre moment préféré ?
© Hergé / Tintinimaginatio - 2023
  • Nicole Stott (NS) : Tous, mais tout se résume à voir la Terre de l'espace. Il ne s'agit pas seulement d'apprécier au sens figuré notre maison, notre Terre, mais aussi littéralement : tout ce que nous faisions là-bas concernait l'humanité.
  • Reinhold Ewald (RE) : J'aime la combinaison de l'application de la technologie pour parvenir à de la science de qualité. Ce fut la chose la plus gratifiante de mon vol, malgré toutes les difficultés, d'avoir pu ramener des résultats scientifiques de qualité. Cette partie m'aurait manqué si cela n'avait été que pour l'expérience personnelle du vol spatial.
  • NS : Robert et moi avons eu l'opportunité de voler ensemble et nous avons parlé exactement de ce qu'a dit Reinhold : de quoi s'agit-il dans cette expérience, comment va-t-elle faire quelque chose de bien sur Terre, quel est l'impact positif de notre participation à celle-ci.
  • Robert Thirsk (RT) : Tout ce qui concerne les vols spatiaux est devenu un moment préféré. Il est difficile de souligner un moment. Je dis cela parce que l'expérience de vol ne concerne pas seulement l'exploration de l'espace, mais aussi l'exploration de soi. Les défis de l'entraînement ainsi que le vol lui-même m'amenaient régulièrement à mes limites - physiques, mentales, émotionnelles - et j'aimais explorer ces limites.
Quel a été le moment le plus surprenant ?
© Hergé / Tintinimaginatio - 2023
  • RE : Je choisis la vie dans la station. Malgré la formation et le fait que je connaissais chaque interrupteur, chaque bouton, tout sur la station, là-haut j'avais besoin de demander à mes amis si je pouvais faire ça, où je pouvais poser des choses, etc. Cela ne fonctionne que parce qu'il y a des humains à bord et non grâce à la procédure. Il faut de l'ingéniosité humaine pour intégrer le tout et j'ai été bien aidé par mes collègues russes.
  • RT : En orbite, il y a beaucoup de nouvelles choses que vous découvrez sur l'environnement des vols spatiaux. Même vers la fin de mon séjour à bord de la Station, je découvrais des moyens plus efficaces d'effectuer des tâches. À mon arrivée, la Station ressemblait à un véhicule inconnu. Je dépendais donc de mes coéquipiers arrivés plus tôt pour me dire comment gérer au mieux une journée de travail, comment préparer un repas ou une boisson, comment me brosser les dents dans l'environnement inconnu en apesanteur… J'ai beaucoup appris. Mais même vers la fin de mon séjour de 6 mois, je devenais plus productif. Apprendre à vivre et à travailler de manière optimale dans l'espace est un processus de plusieurs mois.
  • NS : Je suis d'accord… Il y a une évolution. Plus vous faites à peu près tout, plus vous découvrez de nouvelles choses. J'aimais observer comment cela s'est passé pour nous. Le flottement, l'efficacité dans le travail que nous faisions, dans tout cela, la grande surprise était la beauté avec laquelle nos corps et nos cerveaux s'adaptaient à un nouvel environnement. Quand vous montez là-haut, vous êtes d'abord très maladroit, vous faites les choses avec beaucoup plus d'amplitude et de force que nécessaire, mais ensuite notre cerveau et notre corps comprennent la finesse et le ballet du mouvement sans effort. Ils se rendent compte qu'ils sont en microgravité, il n'y a plus besoin d'os ou de muscles pour survivre donc plus besoin de gaspiller de l'énergie pour les entretenir. En tant qu'êtres humains, nous devons trouver des moyens de contrecarrer cela, car nous savons que nous voulons revenir sur Terre à un moment donné !
Si vous deviez voler à nouveau, où iriez-vous: La Lune, Mars ou le Pôle Sud ?

© Gwenhael De Wasseige IceCube/NSF
© Hergé / Tintinimaginatio - 2023
  • NS : Non, la question est "Si nous POUVIONS voler à nouveau !"
  • RE : Aucun, je préfère la Station Spatiale Internationale !
  • RT : Je m'aventurerais sur Mars. J'aime les défis, et une mission sur Mars sera sûrement le défi ultime. J'ai déjà été en orbite terrestre basse. La Lune est un peu trop proche, un peu trop familière pour moi. Mars est plus loin, plus insaisissable et plus difficile, alors j'aimerais aller sur Mars.
  • NS : Je suis pour la Lune ! Il y a tellement de raisons importantes pour nous de retourner sur la Lune. Mais j'aime aussi l'idée de voir la Terre depuis l'espace, et de savoir que je peux revenir sur Terre dans un temps relativement court pour explorer certains des endroits les plus reculés comme le pôle Sud
Choisissez le partenaire idéal pour retourner dans l'espace : Tintin, Milou, capitaine Haddock ou Dirk Frimout ?
© Hergé / Tintinimaginatio - 2023
  • RT : Vivre à bord d'une station spatiale, ce n'est pas comme passer des vacances dans un hôtel 5 étoiles. La vie dans l'espace est plutôt rustique, semblable à la vie à l'intérieur d'un sous-marin. La structure intérieure est fabriquée en acier et en titane sans décor ni esthétique. Je pense parler aussi au nom de Nicole en disant que les activités de recherche qui nous intéressaient le plus étaient celles qui concernaient les soins aux plantes et aux animaux. Amener la nature à bord de la Station sous la forme de spécimens de recherche nous a aidé à rester psychologiquement connectés à la Terre. Ainsi, puisque la présence de la nature à bord d'un vaisseau spatial profite à l'équipage, je choisirais Milou comme partenaire idéal pour un vol spatial.
  • NS : Je choisis Milou aussi. Nous voulons amener la nature de la Terre ainsi que la photographie, l'art, la musique, là-haut. Mais si je pouvais aussi avoir mon fils pour tenir la laisse de Milou, ce serait bien !
  • RE : Alors je dois choisir Dirk ! Mais je sais que Dirk et moi sommes d'accord : nous préférons voir la jeune génération voler dans l'espace plutôt que de répéter l'expérience.
Un grand merci à Nicole, Robert et Reinhold pour avoir partagé ces merveilleuses pensées avec nous !
Biographies (extraites de www.belgianspaceweek.be)
  • Nicole Stott (NS): Nicole Stott est une astronaute de la NASA, une artiste, une maman et l’auteur de Back to Earth What Life In Space Taught Me About Our Home Planet And Our Mission To Protect It. Nicole Stott combine de manière créative la crainte et l’émerveillement de son expérience de vol spatial avec ses œuvres d’art pour inspirer l’appréciation de chacun de notre rôle en tant que coéquipiers ici sur Spaceship Earth. Nicole est une astronaute chevronnée de la NASA avec deux vols spatiaux et 104 jours de vie et de travail dans l’espace en tant que membre d’équipage de la Station spatiale internationale et de la navette spatiale. Parmi les faits saillants personnels de son séjour dans l’espace, mentionnons la réalisation d’une sortie dans l’espace (10ème femme à le faire), le pilotage du bras robotique pour capturer le premier cargo japonais, la collaboration avec son équipage international à l’appui de la science multidisciplinaire à bord du laboratoire en orbite, la peinture d'une aquarelle dans l’espace (maintenant exposée au Smithsonian Air and Space Museum), et bien sûr la vision qui change la vie de notre planète natale. Dans le cadre de sa mission post-NASA, elle est cofondatrice de la Space for Art Foundation, unissant une communauté planétaire d’enfants à travers la crainte et l’émerveillement de l’exploration spatiale et le pouvoir de guéri­son de l’art. www.npsdiscovery.com ; www.spaceforartfoundation.org

  • Robert Thirsk (RT): Robert Thirsk est un ingénieur et médecin canadien et un ancien astronaute de l'Agence spatiale canadienne. Il a obtenu un baccalauréat ès sciences en génie mécanique de l’Université de Calgary, une maîtrise ès sciences en génie mécanique du Massachusetts Institute of Technology (MIT), un doctorat en médecine de l’Université McGill et une maîtrise en administration des affaires du MIT Sloan École de gestion. Robert a été sélectionné en 1983 dans le corps des astro­nautes canadiens et a commencé sa formation en 1984. Il a participé à divers projets de l’Agence spatiale canadienne (ASC), notamment des campagnes de vols paraboliques, des recherches cardiovasculaires et des simulations de missions. En 1996, Robert Thirsk a volé en tant que spécialiste de la charge utile à bord de la mission de la navette spatiale STS-78, la mission Life and Microgravity Spacelab. Au cours de ce vol de 17 jours à bord de Columbia, lui et ses six coéquipiers ont réalisé 43 expériences internationales consacrées à l’étude des sciences de la vie et des matériaux. En 2004, il s’est formé au centre de formation des cosmonautes Youri Gagarine près de Moscou et a obtenu la certification d’ingénieur de vol pour le vaisseau spatial Soyouz. Pendant de nombreuses années au milieu des années 2000, Robert a servi comme Capcom au Centre de contrôle de mission à Houston et comme Eurocom au Centre de contrôle de Columbus à Oberpfaffenhofen, en Allemagne, pour soutenir les activités de l’équipage de la Station spatiale internationale (ISS). En 2009, Robert Thirsk est devenu le premier Canadien à participer à une expédition de longue durée. Roman Romanenko de Russie, Frank De Winne de Belgique et Robert ont été lancés depuis le cos­mod­rome de Baïkonour au Kazakhstan à bord d’un vaisseau spatial russe Soyouz vers l’ISS. Après l’amarrage à la Station, Robert et ses coéquipiers de l’ISS Expedition 20 et 21 ont effectué une quantité sans précé­dent de recherches multidisciplinaires, d’opérations robotiques, de travaux de maintenance et de réparation des systèmes et des charges utiles de la Station. Robert Thirsk a démissionné de son poste d’astronaute de l’ASC en 2012 pour rejoindre les Instituts de recherche en santé du Canada à Ottawa. En 2014, il a pris sa retraite du gouvernement fédéral et a occupé le poste de chancelier de l’Université de Calgary de 2014 à 2018. Robert reste engagé dans les initiatives spatiales canadiennes et la sensibilisation du public.

  • Reinhold Ewald (RE): Reinhold Ewald est titulaire d’un baccalauréat ès sciences en physique de l’Université de Cologne et d’une maîtrise ès sciences en physique expérimentale. Reinhold a également obtenu un doctorat en physique et un diplôme en physiologie humaine. En 1990, Reinhold a été sélectionné dans l’équipe d’astronautes allemands, s’entraînant pour la mission Mir ’92. En 1995, il a commencé à s’entraîner pour la deuxième mission allemande Mir et en février 1997, il s’est envolé pour la station spatiale Mir avec Soyouz TM-25, passant 20 jours dans l’espace. Reinhold a effectué des expériences en sciences biomédicales et des matériaux et a effectué des tests opérationnels en préparation de la Station sp­tiale internationale. En février 1999, il rejoint le Corps européen des astronautes au Centre européen des astronautes (EAC) à Cologne, en Allemagne. De 2006 à 2011, Reinhold a dirigé la division des opérations aériennes au sein du département des opérations ISS de l’ESA au centre de contrôle de Columbus près de Munich. Dans ce rôle, il a dirigé une équipe de directeurs de mission de l’ESA gérant le vol de livraison du laboratoire Columbus en février 2008 et les activités scientifiques de Columbus par la suite. Reinhold a été conseiller du chef de cabinet du directeur général au siège de l’ESA à Paris de 2011 à 2014, puis a occupé un poste au Centre européen des astronautes à Cologne, faisant la promotion des réalisations scientifiques du programme de recherche de l’ESA sur la Station spatiale internationale. En septembre 2015, il a été nommé professeur d’astronautique et de stations spatiales à l’Institut des systèmes spatiaux (IRS) de l’Université de Stuttgart. Reinhold a reçu de nombreux prix, dont la Croix fédérale allemande du mérite (première classe) en 1997. Reinhold est membre de la Deutsche Physikalische Gesellschaft (Société allemande de physique) et de l’Association des explorateurs de l’espace. Il est également membre à part entière de l’Académie internationale d’astronautique.

À propos de l’auteur
Gwenhaël W. De Wasseige est professeure à l’UCLouvain en physique des astroparticules. Membres des collaborations IceCube et KM3NeT, elle mène la chasse aux neutrinos à la fois au Pôle Sud et en mer Méditerranée. Chaque mois, Gwenhaël nous racontera à travers sa chronique des infinis les dernières actualités qui touchent l’univers et le domaine de l’infiniment petit.
Gwenhaël W. De Wasseige
Pas encore de commentaire
ou pour écrire un commentaire.
Créez votre compte Tintin
De 5 à 12 lettres et/ou chiffres
De 5 à 12 lettres et/ou chiffres
Désolé, ce pseudo est déjà pris...
Une confirmation sera envoyée à cette adresse
8 caractères minimum
8 caractères minimum
Suite...
Vous êtes sur le site officel de Tintin.
Aucune information vous concernant n'est enregistrée avant votre approbation finale.
Consultez notre politique de confidentialité
Merci ! Pour vérifier votre email, veuillez entrer le code à 4 chiffres que vous avez reçu à .
Si vous ne l'avez pas reçu, vérifiez l'adresse ou regardez dans votre courier indésirable.
Les chiffres ne sont pas bons...
Retour
Suite...
Merci !
Votre compte est maintenant prêt à être créer.

En créant votre compte, vous acceptez de vous conformer aux Conditions générales de Tintin.com.

Vous acceptez de recevoir de la part de Tintin.com des notifications personnalisées liées à Tintin (nouveaux événements ou expositions, nouveaux livres ou produits etc.).

Vous pourrez régler vos préférences de notifications dans votre compte.

  
Merci d'accepter les conditions
Créer mon compte Tintin
Connexion
Mot de passe oublié
Entrez votre email, vous allez recevoir un lien pour réinitialiser votre mot de passe.
Mot de passe oublié
Un email avec un lien pour réinitialiser votre mot de passe a été envoyé à votre adresse.
Logo Tintin

Pour accéder à ce contenu, vous devez être inscrit à Tintin.com

Connexion / inscription
Pour obtenir votre passeport syldave, vous devez d’abord créer un compte Tintin.com.
Inscrit depuis le
Dernière connexion le
Logo Tintin English Nederlands Español 中文 日本語