Tintin passe à table

Revoilà l’hiver et les célébrations de fin d’année. Le moment est donc venu de mettre les petits plats dans les grands pour préparer les repas de fête. Si vous manquez d’idées pour ce faire, pas de panique, Hergé et son gastronome en culotte courte… euh de golf, ont de quoi vous inspirer grâce à une sélection de séquences culinaires de leur cru.
La table est dressée… Un délicieux fumet flotte dans les airs… Il ne reste plus qu’à attendre les invités pour savourer de délicieux mets et partager aussi un chaleureux moment de convivialité. Car c’est un fait, dans la plupart de ses albums, le jeune reporter a pris l’habitude de se mettre à table !
Le Sceptre d'Ottokar

La faim justifie les moyens

La chose a de quoi surprendre tout de même car, force est de constater, que comme tout être dessiné, ce dernier est dépourvu d’organisme. De fait, il ne dépend d’aucun besoin alimentaire pour vivre. Son existence ne tient qu’à un seul fil : le coup de crayon de son créateur.
Manger n’est donc clairement pas pour lui une nécessité. Pourtant, cette activité n’en est pas moins importante. Car si sa faim n’est pas réelle, elle est, en revanche, bien fictionnelle. Ses repas sont, en effet, autant de moments de narration singuliers. Des temps bien plus forts qu’ils n’y paraissent puisqu’il s’y passe toujours des choses de grand intérêt.
Au menu de ces « faims fictionnelles », des recettes de natures diverses et variées, histoire de satisfaire l’appétit de tous les gourmets mais surtout, d’alimenter le récit en rebondissements.
Au rythme de l’horloge biologique : la faim « marqueur de temps »
Chez Hergé, les repas constituent un repère temporel simple et efficace puisqu’en fonction du type consommé, ils indiquent implicitement aux lecteurs le moment précis de la journée pendant lequel se déroule la séquence.
Les 7 Boules de cristal (à gauche) et Tintin au Congo (à gauche)
Suivant – en quelque sorte – les règles de la chrono nutrition, il attribue aussi à chacun un apport narratif logique et équilibré. Aussi, au petit-déjeuner, il sert à ses héros – et de préférence, sur un plateau d’argent – de nouvelles découvertes afin de leur permettre de bien démarrer leur enquête et leur journée ; avant de leur proposer un « plat de résistance » plutôt copieux et corsé pour le déjeuner. Et pour finir, un dîner aux allures de bouquet… euh banquet final afin de fêter victoires et avancées.
Tintin en Amérique
Alimentation fragmentée : la faim « changement de rythme »
Pendant l’effort, le réconfort ! Tel pourrait être la devise de Tintin qui, en plein coup de feu, n’hésite pas à faire une pause… déjeuner. Il est vrai que, si l’opportunité se présente, il s’arrête volontiers pour se restaurer. Ce qui est le cas, par exemple, dans ses aventures américaines. Ce repas pris sur le pouce crée alors un efficace et humoristique effet de surprise.
Tintin en Amérique
Dans Le Sceptre d’Ottokar, Hergé utilise à nouveau ce mode « stop and go » pour dynamiser le récit. Mais cette fois-ci, l’intrépide reporter n’est pas obligé de s’arrêter puisque la pitance lui saute littéralement dans les bras, comme tombée du ciel. Après un court moment d’étonnement, le voilà reparti de plus belle tout en dégustant cette nourriture providentielle.
Le Sceptre d'Ottokar
Comme un cheveu dans la soupe : la faim « péripéties »
Malheureusement pour Tintin, les repas ne sont jamais gratuits. Il en paye même souvent le prix fort. Et si leur addition est salée, c’est parce que des malintentionnés s’invitent souvent à sa table sans crier gare. Dans ce cas, le repas vire aussitôt au traquenard. Vif d’esprit et toujours sur le qui-vive, le petit reporter sent vite l’entourloupe venir et ne tarde pas à se défaire de ces mauvais payeurs, quitte à sacrifier une bonne soupe aux choux à la mode soviet.
Tintin au pays des Soviets
Il paraît que, comme la vengeance, la revanche est également un plat qui se mange froid. Aussi, dans l’Affaire Tournesol, c’est à son tour de tromper l’ennemi. Et pour ce faire, rien de tel qu’un bon champagne pour l’étourdir et lui délier la langue. Après tout, il n’est-il pas coutume de dire… in vino veritas ?
L'Affaire Tournesol

Des repas et des « fêtes »

Pour ce qui est de la gastronomie, Tintin est à la noce et ce, tout au long de ses aventures. Selon les circonstances et/ou l’endroit du globe où il se trouve, le jeune homme a effectivement la chance de pouvoir expérimenter toutes sortes de préparations et de façons de les consommer. L’occasion pour ses lecteurs de voyager dans son assiette et de découvrir ainsi l’extraordinaire diversité qu’offrent les cuisines du monde.
Us et coutumes culinaires
Tintin l’a bien compris : à Rome, mieux vaut faire comme les Romains. Rien de tel, en effet, pour s’initier aux traditions des peuples qu’il rencontre et donc, de s’immerger pleinement dans leur culture. De fait, en Chine, il partage volontiers sa table avec un inconnu, comme il est coutume de le faire dans les restaurants populaires.
Le Lotus bleu
Et s’il ne va pas aux pratiques culinaires étrangères, ce sont elles qui viennent à lui… ou plutôt s’invitent chez ses amis comme c’est le cas dans Coke en Stock, lorsque les hommes de l’émir Mohammed Ben Kalish Ezab investissent le salon du capitaine Haddock pour installer – comme ils le font d’ordinaire dans le désert – une tente berbère. Un joli petit coin d’Arabie sous les dorures de Moulinsart. Dépaysement et bonne chère rôtie garantis !
Coke en stock
Saveurs de là-bas et d'ailleurs
Dans son tour du monde géo-gustatif, Tintin se fait toujours un point d’honneur à goûter les spécialités locales et ce, même dans les lieux les plus reculés ou insolites. C’est donc au sommet des montagnes, lors de son périple au pays du Yéti, qu’il s’essaye, pour la première fois, à la cuisine tibétaine. En l’occurrence, à la Tsampa. Une préparation facile à conserver et donc à transporter qui se prête bien aux pique-niques improvisés en hautes altitudes.
Tintin au Tibet
Qu’on se le dise, le jeune homme est un fin gourmet dont les papilles sont constamment éveillées. Ce dernier est d'ailleurs toujours prêt à tester de nouvelles saveurs même si celles-ci sont parfois trop relevées. Palais sensibles s’abstenir… « Ca ne vous plaira peut-être pas, mais faites semblant d’apprécier : il faut éviter de les vexer » lui précise gentiment Ridgewell avant qu’il ne déguste le stoumpô assaisonné à la sauce Picaros. Caramba ! Malgré la mise en garde, il ne peut s’empêcher de piquer un fard et de cracher du feu. Un bon conseil donc, n’abusez pas des bonnes choses surtout lorsqu’il s’agit des épices. Sans quoi, vous risquez – à coup sûr – la faute de goût !
Tintin et les Picaros
Convivialité et hospitalité
Enfin, que serait une table sans convives, si ce n’est « un dessert sans fromage » pour reprendre une célèbre citation de Jean Anthelme Brillat-Savarin. Sans eux, la cène… euh la scène ne saurait être parfaite. Car, au-delà de sa fonction alimentaire, manger est une activité sociale à part entière. D’ailleurs, on ne le fait que rarement seul. Sauf par choix ou par nécessité. Alors même si « plus il y a de fous, moins il y a de riz » – Coluche dixit –, mieux vaut être en collectivité pour se sustenter. Ainsi, dans L’Etoile mystérieuse, la choucroute « presque garnie » met tout le monde d’accord en réunissant l’ensemble des membres de l’expédition scientifique, en route pour les mers arctiques.
L'Etoile mystérieuse
Qui dit convivialité, dit généralement hospitalité car, bien souvent, les deux concepts vont de pair. Rien d’étonnant donc à ce que dans l’Ile Noire, Tintin soit chaleureusement recueilli – et accueilli, aussi – par le tenancier d’une auberge. Ce dernier lui offre habits, gîte et couverts. De quoi lui permettre de reprendre pied après un vol plané chaotique et accidenté. Côté hospitalité, les Picaros ne sont pas non plus en reste puisque c’est dans la hutte du chef Kaloma qu’il est reçu, en invité d’honneur, en compagnie de ses fidèles acolytes. Chaque repas partagé avec l’autochtone est donc pour lui une occasion en or de tisser des liens socio-culturels forts. Forts parce que respectueux, fraternels et sincères.
L'Ile Noire (à gauche) et Tintin et les Picaros (à droite)
Ah et sinon, un dernier conseil pour que le dîner soit presque parfait… surtout si vous êtes invité : avant de quitter la table, n’oubliez pas la de débarrasser !
Tintin au pays des Soviets
L'équipe de tintin.com vous souhaite à toutes et à tous de très belles fêtes de fin d’année et de délicieux réveillons !

Textes et images : © Tintinimaginatio - 2023
10 commentaires
ou pour écrire un commentaire.
haddockdu64
02/02/2024 à 23:02
Un très chouette article très intéressant !
Merci pour vos vœux, à vous aussi 🙂 !
mounou34
25/12/2023 à 04:15
Bon appétit après cette excellente mise en bouche et bonnes fêtes à tous !
tintin50470
24/12/2023 à 14:14
Très bel article que je lis avec grand plaisir. Merci et bonnes fêtes à tous
grenouille58
23/12/2023 à 15:18
On se délecte jamais assez de vos articles. De l'entrée au dessert vous mettez toujours les bouchée doubles !!! Allez finis les amuses gueules, bonnes fêtes à tous. 🎄🎁🤗
yeti56
23/12/2023 à 11:36
Je vais en particulier rouvrir les dix-huitième et vingt-et-unième 📔 album pour y vérifier qu’on ne voit quasiment jamais l’un de nos « trois Frères unis » se restaurer dûment ( seul ou convivialement) , juste tranquilles et repus, en leur vaste manoir de Moulinsart 🤔… Comment l’interpréter❓Que Nestor ne saurait servir que de Porte-verres-et-bouteille…, ni surtout de cuisinier, rôle d’ailleurs inexistant en la demeure, à l’instar de son officine❗️Que Bianca n’y aurait en fait débarqué que pour y… voir la suite
haddocknrol
22/12/2023 à 19:45
Je ne voudrais pas être mauvaise langue mais je crois que le narrateur a confondu Picaros et Arumbayas. Ceci dit très bon article qui met en appétit.
ceroux
22/12/2023 à 13:51
D'une rubrique à l'autre, d'un article à l'autre, la qualité est au rendez-vous. Juste formidable..Et bon appétit ! Merry Xmas !
tom2005
21/12/2023 à 08:00
Un très bon article comme d'habitude
Bonnes fêtes à tous 🍾🍗
soviete
20/12/2023 à 16:54
Où que vous soyez
nous vous souhaitons beaucoup d'amour, de chaleur et de la bienveillance envers soi et les autres !
Joyeuses Fêtes ! ...
DD;) et Julie 🍁
dclement37
20/12/2023 à 15:55
Mille saveurs ! Encore un article digne d'intérêt. Joyeux Noël à tous.
Créez votre compte Tintin
De 5 à 12 lettres et/ou chiffres
De 5 à 12 lettres et/ou chiffres
Désolé, ce pseudo est déjà pris...
Une confirmation sera envoyée à cette adresse
8 caractères minimum
8 caractères minimum
Suite...
Vous êtes sur le site officel de Tintin.
Aucune information vous concernant n'est enregistrée avant votre approbation finale.
Consultez notre politique de confidentialité
Merci ! Pour vérifier votre email, veuillez entrer le code à 4 chiffres que vous avez reçu à .
Si vous ne l'avez pas reçu, vérifiez l'adresse ou regardez dans votre courier indésirable.
Les chiffres ne sont pas bons...
Retour
Suite...
Merci !
Votre compte est maintenant prêt à être créer.

En créant votre compte, vous acceptez de vous conformer aux Conditions générales de Tintin.com.

Vous acceptez de recevoir de la part de Tintin.com des notifications personnalisées liées à Tintin (nouveaux événements ou expositions, nouveaux livres ou produits etc.).

Vous pourrez régler vos préférences de notifications dans votre compte.

  
Merci d'accepter les conditions
Créer mon compte Tintin
Connexion
Mot de passe oublié
Entrez votre email, vous allez recevoir un lien pour réinitialiser votre mot de passe.
Mot de passe oublié
Un email avec un lien pour réinitialiser votre mot de passe a été envoyé à votre adresse.
Logo Tintin

Pour accéder à ce contenu, vous devez être inscrit à Tintin.com

Connexion / inscription
Pour obtenir votre passeport syldave, vous devez d’abord créer un compte Tintin.com.
Inscrit depuis le
Dernière connexion le
Logo Tintin English Nederlands Español 中文 日本語